L’amour est dans… le temple

2017, je me mets à la bonne avec les divinités japonaises. Les Dieux nippons et moi, c’est une histoire qui remonte déjà à trois ans, lorsque Tomoki m’avait envoyé mon premier omikuji acheté au Meiji Jingu. 2016, je quittais Tokyo en faisant la remarque à mon cher et tendre que j’avais omis de faire mon pèlerinage annuel. Billevesée, billevesée… après coup je m’interroge. Séance de rattrapage pour la nouvelle année, au lieu de faire les soldes, je cours les temples. De belles ballades et des bons moments passés avec ma copine Elsa. Se pourrait-il que le bonheur se cache non plus dans le pré mais dans les temples?

Les 7 Dieux du Bonheur

Aux grands maux, les grands remèdes. Pour 2017, il me faut au moins le coup de main de 7 Dieux pour redresser la barre! Santé, longévité, travail, argent, communication… Je ne lésine sur aucun aspect de mon existence, comme pour les pokémon: il me les faut tous.

Plus sérieusement: quand je suis arrivée au Japon il y a 2 ans, je regardais le journal télé avec la concentration d’un Kasparov pour comprendre ce qu’il se disait malgré mon niveau de japonais alors équivalent à l’époque à celui d’un nouveau né. J’étais tombé sur ce programme qui parlait d’un pèlerinage qui se pratique la première semaine de janvier pour s’assurer les bonnes grâces pour la nouvelle année, le Shichifukujin meguri (七福人めぐり). Je l’avais ajouté à mes listes des choses à faire. Au nom de ma bonne résolution (cette année, fais ce qu’il te plaît), j’ai décidé de prendre la route de Shinjuku en quête du bonheur.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Gravé dans le bronze

Les paroles s’envolent, les écrits restent. Pour m’assurer que ma prière soit bien entendue, je l’ai écrite sur le toit du Meiji Jingu. A l’occasion de la rénovation des toits du temple, il est possible d’y écrire un souhait sur les nouvelles plaques de bronze. Avec plus de 127 millions de japonais, j’imagine bien que leurs Dieux doivent être surbookés. Avec mon vœu collé en post-it sous leur nez pendant une trentaine d’années, impossible de passer à l’as!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Le temple de l’amour

7 Février, je ne m’arrête pas en si bon chemin. Destination du jour: le Daijingu (大神宮) dans le quartier d’Iidabashi. Les japonaises y prient pour trouver l’amour ou se marier pour celles déjà en couple.

Perdue devant la multitude d’omikuji et d’amulettes porte-bonheur, je demande conseil. Ce n’est pas comme si tout roulait côté sentimental pour moi, il s’agit donc de ne pas se planter: le choix est crucial. La plupart des femmes devant moi choisissent des divinations ou des protections pour les amours à venir. Challengeuse, je prends celles dédiées aux couples.

Alors Monsieur le Bon Dieu, que penses-tu de ma relation avec Tomoki? « Une relation amère comme le café » me répond-t’il… Bon sang, il a vu juste! Je prends une lettre d’amour pour conjurer ce que je viens de lire. Je tombe sur « méga chance » en amour pour 2017. Youhouuuuu! Ça me change des « tu vas galérer », « accepte ou pars » et « escalade les montagnes » des années précédentes. Rendez-vous dans quelques mois pour confirmation.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

3 thoughts on “L’amour est dans… le temple

  1. bonjour Eva,

    Au nord de l’Ishikawa, à Hakui, on a Keta Taisha, le sanctuaire abritant la tombe d’Ôkuninushi no Kami, que l’on appelle aussi Ônamuchi no Mikoto. Il est la divinité de la rencontre et du mariage…
    Ma femme, comme toute jeune femme de la préfecture,y est allé prier pour un « bon mari »avant de partir pour la France. Tu en connais le résultat…
    On y va tous les ans , pour le remercier….Si la situation ne s’est pas arrangé d’ici cet été , nous glisserons un petit mot pour toi!
    Il est très puissant et a un gentil copain : un petit lapin blanc qui prédit de bien des jolies choses.

    Courage.

    Ludovic

    1. Bonjour Ludovic,

      Désolée de répondre aussi tardivement. Je n’avais plus le cœur à bloguer ces derniers temps. Ta proposition est adorable et ton aide serait la bienvenue… Malgré mes visites au Daijingu, c’est toujours la traversée du désert affectif pour moi. Petite anecdote qui m’a bien fait rire, mon surnom est… « lapin »! En référence à Alice au pays des merveilles. Le temple que tu mentionnes me semble destiné! Merci tout plein!
      Tu as trouvé le bonheur au Japon! Je suis toujours ravie de lire les témoignages de couples franco-japonais heureux. Ton témoignage est un message d’espoir!
      Bien à toi
      Eva

  2. Bonjour Eva,

    Je suis ravi de te lire à nouveau.
    J’ai lu ton dernier post et finalement, ce n’est pas un mais plusieurs mots que nous allons glisser pour toi, avec un argument de charme et de choc, une arme secrète pour l’avoir au sentiment, le Père Ôkuninushi: la présentation de mininous N°3, né à la mi mars, un petit garçon!
    On envoie l’artillerie lourde!

    Garde espoir.

    Ludovic

Laisser un commentaire