Des vacances… à vie! #1

Vivre avec un globe-trotter, de surcroît de nationalité différente de la mienne, ça a de quoi donner un goût de vacances à mon existence. Avec Tomoki, ma vie ressemble à des vacances. J’ai signé pour perpétuité.

Vivre au Japon: je ne réalise toujours pas…

Les premiers temps, je me disais que ça ne pouvait pas durer, que j’allais finir par rentrer un jour où l’autre en France. Problème de visa aidant, je n’arrivais pas à me projeter sur le long terme. La vie d’expatriée, découvrir le monde, c’était un fantasme depuis que j’étais toute petite, mais de là à le vivre en vrai… Même après plus d’un an et demi, je ne réalise toujours pas que le Japon est devenu mon quotidien. Quand bien il m’arrive parfois d’être fatiguée par le mode de mode de vie à la japonaise, je me dis toujours que j’ai la chance de vivre une expérience formidable. Ma vie est tellement différente ici que je me sens comme en vacances.

Comme en vacances, je visite les sites touristiques et autres coins moins fréquentés mais qui gagnent aussi à être vus, mange des spécialités locales, prends des photos en veux-tu en voilà. J’envoie des messages à mon entourage pour faire partager « cette vue de fou, non mais t’as vu comme c’est beau ici, j’adoooooore ». Comme à chaque fois que je suis en vacances, je ne veux pas rentrer. Je me verrai bien passer toute ma vie ici. Comme en vacances, je me sens bien, j’aime les lieux mais j’ai conscience que ce n’est pas « chez moi ». La France reste ma madeleine de Proust.

Le Japon, c’est l’inconnu, de l’inédit, de l’exotisme. C’est ce qui donne un côté exaltant et piquant à mon quotidien. Entre les jungles urbaines nippones et les prairies normandes de mon enfance (et leurs fameuses vaches bien-sûr), vous comprendrez bien pourquoi je ne m’en remets toujours pas d’être au Japon!

Mégalopole-Tokyojardin-zen-japonais

Sea, … and sun!

Côté exotique, je suis doublement servie depuis que j’ai emménagé à Naha! C’est beach party au pays des samouraï! Palmiers, mangroves, fleurs exotiques, insectes géants… Les nuits sont chaudes et sont peuplées par le chant des grenouilles, des cigales et les piaffement des oiseaux. Sur les routes de campagnes, les serpents venimeux se lovent sur le bitume. Ça change des fête de la saucisse (de la tarte flambée, du fromage blanc, de la bière, qui’importe le nom il y en a pour tous les goûts),  rythmées au son de la oum papa, arrosées à coup de bière ou de schnaps et qui égayent les nuits des campagnes lorraines le temps d’un été.

mangrove-Okinawa

Les gens sont bronzés, portent des chemises à fleur, se promènent avec un éventail. On se protège du soleil et de la chaleur en restant au frais dans les bâtiments où la clim tourne à fond. On mange des glaces, boit de la bière pour se rafraîchir. On ne lésine pas non plus sur les épices: plus ça pique, mieux c’est. Les écoles organisent des beach parties.

La mer est omniprésente. Toute la journée, les bateaux et les avions transportent les touristes et les locaux vers les îles avoisinantes. Les plus éloignées sont à 1 heure d’avion. Certaines sont encore vierges et offrent des plages désertes pour ceux qui peuvent les rejoindre par bateau. Atolls, récifs de coraux, poissons bleus, verts, jaunes, oranges, toute une faune et une flore à quelques encablures de chez moi et qu’il me tarde de découvrir.

C’est sans compter sur Tomoki qui ne reste jamais en place, toujours avide de partir à la découverte d’autres endroits. Ce sera l’objet de la deuxième partie de ce post.

pacifique-mer-japon

Laisser un commentaire